Partager sur facebook
Partager sur twitter
Cie Difé Kako

Juillet

Relâches le 15 et 22 juillet

13h55

- 45 mn -

14/10 €

Makak Janbé Croco

Difé Kako vous invite à entrer dans l’univers poétique et singulier du conte « Makak janbé Croco », mêlant audacieusement danses, théâtre, musiques, percussions et chant. C’est l’histoire du facétieux Kompè Makak (alter ego du Renard des contes européens)aux prises avec le redoutable roi Croco, roi de « presque tous les animaux ». Rusé, alerte, terriblement gourmand et terrifié par l’eau, Kompè Makak ne reculera devant rien pour trouver à manger, au nez et la plume du roi Croco et de Komèr Grue.

Chantal Loïal est une infatigable arpenteuse. Danseuse avec Montalvo-Hervieu, dernièrement dans Ashes (Ballets C de la B.), elle entraine dans son sillage, avec la Cie Dife Kako (littéralement « quelque chose qui chauffe ») de nombreux danseurs et chorégraphes. Son travail s’ancre profondément dans sa Guadeloupe. Avec Makak, elle utilise le conte, la musique et la danse pour s’adresser aux plus jeunes. Nous sommes heureux de la retrouver…

Direction artistique et conception Chantal Loïal
Mise en scène Emmanuelle Chérioux et Rita Ravier
Avec Emilie Caillon, Rita Ravier
Musicien Edouard Lepec
Conteur Igo Drané
Lumière et technique Anne-Sophie Jal
Décors Nicolette Grandisson
Costumes Caroline Révillion et Nicole Crampont
Photo Patrick Berger

Soutiens MJC Club – Créteil, MJC Mont Mesly – Créteil, ADIAM 67 Strasbourg, Maison des Arts de Lingolsheim, DRAC Martinique, Ministère de l’Outre-Mer et Conseil Général de Martinique.

La compagnie Difé Kako

Chantal Loïal, fondatrice de la compagnie Difé Kako, s’attache à créer un langage chorégraphique basé sur un métissage des danses africaines et antillaises ainsi que sur les répertoires musicaux traditionnels et contemporains pour former une compagnie vivant aux rythmes de la diversité culturelle.

« Les paroles d’un conteur globe-trotter qui trottine sans tintamarre dans les ténèbres, mais… on ne raconte pas des histoires par une nuit sans lune, sinon…»